Capture d’écran 2019-06-15 à 15.32.46

Notre intervenant, Enda King (kinésithérapeute en chef et chercheur à la Sport Surgery Clinic de Dulin), publie plusieurs études en ce moment. Nous allons nous attarder sur une en particulier « Whole-body biomechanichal differences between limbs exist 9 months after ACL reconstruction across jump/landing tasks ». Enda King et al, Scand J Med Sci Sports, 2018. Doi : 10.1111/sms.13259.

Avant de rentrer dans les détails, nous vous rappelons que Enda viendra donner sa formation sur la rééducation du Ligament croisé antérieur, formation axée sur la ré-athlétisation et le retour à la performance, les 29 et 30 Juin prochain à Bordeaux. Il reste encore quelques places disponibles, la formation est admissible à une pris en charge par le fif-pl et nous sommes référencé Datadock.

Pour vous inscrire

Pour revenir à notre étude, les auteurs, en raison du  taux de re rupture qui n’est pas négligeable (1) ainsi que ceux de retour au sport au niveau précédant la blessure relativement faibles(2)(3)(1), ont avancé l’hypothèse que 9 mois après une chirurgie du ligament croisé antérieur (LCA), délai régulièrement annoncé pour la reprise du sport en compétition, il y aurait encore des différences sur la biomécanique (cinétique et cinématique) de la chaine cinétique (tronc, hanche, genou, cheville) ainsi que sur la performance, entre le côté opéré et le côté sain, lors de la réalisation de tests cliniques couramment utilisés comme critères de retour au sport (double leg drop jump (DLDJ), single leg drop jump (SLDJ), single leg hop for distance (SLHD) et le hurdle hop (HH)).

Ils ont donc inclus consécutivement 156 patients de sexe masculin, pratiquant un sport de pivot et désirant reprendre leur sport à un niveau identique. Les patients ont été recruté, avant leur chirurgie, dans les cabinets de deux chirurgiens orthopédiques mais opérant au même endroit. Cette cohorte de patients a par ailleurs servi à d’autres études très intéressantes (4)(5). En raison des critères d’inclusion et du caractère monocentrique de l’étude il faudra évidemment se méfier avant d’extrapoler les résultats de cette étude à d’autres populations.

Suite à la chirurgie (greffe os-tendon patellaire-os ou ischio-jambiers) les patients ont pu réaliser leur rééducation chez leurs kinésithérapeutes habituels sans qu’un protocole spécifique soit proposé par les investigateurs. Les patients ont ensuite été testé en moyenne 8,8 mois (ET ±0,7) après opération. Pour chaque patient le membre opéré fut comparé au membre sain, sur différentes variables biomécaniques, lors des différents tests évoqués plus haut. Les investigateurs ont ensuite testé les différences entres les membres sains et opérés avec un test de Student pour séries appariées. Lorsque la différence était significative la taille de l’effet (ES) fut calculée afin d’évaluer cette différence.

Nous allons vous rapporter ici seulement les variables avec une grande taille de l’effet (c.a.d d>0,8) pour le reste nous vous invitons à consulter l’article joint à cet article.

Biomécanique :

Double leg drop jump :

Moment du genou opéré plus faible dans les plans frontal (ES d=-0,92, en direction du valgus) et transverse (ES d=-0,81, vers la rotation externe).

 Single leg drop jump :

 Aucune variable avec une différence importante ici. Notons toutefois un moment du genou, dans le plan frontal, plus faible côté opéré (ES d=-0,74, en direction du valgus) et un centre de gravité moins postérieur au genou sur l’ensemble du mouvement (ES d=0,74).

Single leg hop for distance :

 Centre de gravité moins postérieur au genou lors de l’ensemble du mouvement (ES d=0,82) du côté opéré et encore une fois un moment du genou, plus faible dans le plan frontal (ES d=-0,8, en direction du valgus).

Hurdle hop :

Aucune variable avec une différence importante ici. Nous pouvons toutefois noter, encore une fois, un moment du genou, dans le plan frontal, plus faible du côté opéré (ES=-0,74, en direction du valgus).

Performance :

Les investigateurs ont ici comparé la hauteur de saut et l’index de force réactive lors du single leg drop jump et du single leg hop for distance.

Une différence importante fut trouvée, entre côté sain et côté opéré sur la hauteur lors du single leg drop jump (ES d=-0,81) alors que la différence de longueur de saut sur le single leg hop for distance était faible (ES d=-0,36).

Bon…c’est bien beau tout ça mais on en fait quoi ???

 Cette étude à évaluer de nombreux paramètres (bien plus que ceux relatés ci-dessus, mais pour les découvrir nous vous invitons à lire l’étude complète !) sur de des patients à 9 mois de leur opération du LCA. Elle ne nous permet en aucun cas de dire que ces facteurs sont prédictifs de quoique ce soit mais elle propose un état des lieux. Cependant, certains facteurs biomécaniques prédictifs d’une rupture du LCA (6), ou de re-rutpure(7), sont connus et il est intéressant de les comparer aux résultats obtenus.

Nous voyons que dans cette étude la variable retrouvée, sur tous les tests, avec une ES allant de modérée à grande est un moment interne de valgus diminuée sur le membre opéré alors que d’autres études (7)(6) avaient plutôt trouvé un moment externe de valgus augmenté (NDLR : le moment interne est la résultante des forces crées par les muscles à l’articulation et l’externe par la résultante de forces externe agissant sur l’articulation, comme la force de réaction au sol par exemple). Toutefois, c’était sur des sujets féminins et il n’est pas idiot de penser qu’une diminution du contrôle du valgus, en situation de jeux, puisse favoriser une situation de valgus dynamique. Le contrôle neuro musculaire de la chaine cinétique semble donc déficitaire après 9 mois de rééducation (en tout cas sur cette cohorte de patients). En conséquence, c’est un élément important à cibler et évaluer lors de notre processus de rééducation/ré-athlétisation (Enda en parlera largement lors de la formation).

Nous notons aussi qu’un centre de gravité moins postérieur au genou et retrouvé régulièrement sur les différents tests avec une taille d’effet modérée à grande. Cela peut s’expliquer par une compensation visant à moins solliciter le quadriceps dont nous savons qu’il reste souvent déficitaire après chirurgie du LCA(8).

Pour ce qui est de la performance, nous voyons que le single leg drop jump est probablement plus à même de mettre en évidence un déficit que le single leg hop for distance et sera donc à privilégier sur ce paramètre. Il est bien évident que cela ne suffit pas à renvoyer un athlète à la compétition, bien d’autre paramètres sont à prendre en compte.

Si vous souhaitez être prévenu de la publication de ce genre de contenu vous pouvez souscrire à notre newsletter au pied de cette page. Petit bonus, l’article qui est passé en revue vous est envoyé avec la newsletter 🙂

Bibiliographie :

  1. Lai CC, Ardern CL, Feller JA, Webster KE. Eighty-three per cent of elite athletes return to preinjury sport after anterior cruciate ligament reconstruction: a systematic review with meta-analysis of return to sport rates, graft rupture rates and performance outcomes. Br J Sports Med [Internet]. 21 févr 2017; Disponible sur: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28223305
  2. Ardern CL, Taylor NF, Feller JA, Webster KE. Fifty-five per cent return to competitive sport following anterior cruciate ligament reconstruction surgery: an updated systematic review and meta-analysis including aspects of physical functioning and contextual factors. Br J Sports Med. nov 2014;48(21):1543‑52.
  3. Ardern CL, Taylor NF, Feller JA, Whitehead TS, Webster KE. Sports Participation 2 Years After Anterior Cruciate Ligament Reconstruction in Athletes Who Had Not Returned to Sport at 1 Year: A Prospective Follow-up of Physical Function and Psychological Factors in 122 Athletes. Am J Sports Med. avr 2015;43(4):848‑56.
  4. King E, Richter C, Franklyn-Miller A, Wadey R, Moran R, Strike S. Back to Normal Symmetry? Biomechanical Variables Remain More Asymmetrical Than Normal During Jump and Change-of-Direction Testing 9 Months After Anterior Cruciate Ligament Reconstruction. Am J Sports Med. avr 2019;47(5):1175‑85.
  5. King E, Richter C, Franklyn-Miller A, Daniels K, Wadey R, Jackson M, et al. Biomechanical but not timed performance asymmetries persist between limbs 9 months after ACL reconstruction during planned and unplanned change of direction. J Biomech. nov 2018;81:93‑103.
  6. Hewett TE, Myer GD, Ford KR, Heidt RS, Colosimo AJ, McLean SG, et al. Biomechanical Measures of Neuromuscular Control and Valgus Loading of the Knee Predict Anterior Cruciate Ligament Injury Risk in Female Athletes: A Prospective Study. Am J Sports Med. avr 2005;33(4):492‑501.
  7. Paterno MV, Schmitt LC, Ford KR, Rauh MJ, Myer GD, Huang B, et al. Biomechanical Measures during Landing and Postural Stability Predict Second Anterior Cruciate Ligament Injury after Anterior Cruciate Ligament Reconstruction and Return to Sport. Am J Sports Med. oct 2010;38(10):1968‑78.
  8. Petersen W, Taheri P, Forkel P, Zantop T. Return to play following ACL reconstruction: a systematic review about strength deficits. Arch Orthop Trauma Surg. oct 2014;134(10):1417‑28.

Laisser un commentaire